Tous les articles

Un moment historique

Le festival d’été de Mümliswil a présenté une image pour les livres d’histoire : le plus grand rassemblement de tous les temps des les personnes concernées par les mesures de coercition à des fins d’assistance. 800 personnes étaient venues et ont apprécié la rencontre.

Un jour dont on se souviendra : Le samedi 30 juin 2018, 800 personnes ont répondu à l’invitation de la Fondation Guido Fluri et du « Bistro d’échange » à la grande fête d’été à Mümliswil. Il s’agissait de la plus grande réunion de tous les temps des enfants placés de force et aux victimes de mesures de coercition.

Il y a cinq ans, à l’occasion de l’ouverture du premier site commémoratif national pour des personnes qui ont grandi dans le foyer pour enfants et des enfants placés de force, seulement 80 personnes affectées étaient présent. Pour Guido Fluri, l’initiateur de l’initiative sur la réparation, le fait qu’il y ait eu 800 personnes cette année montre que quelque chose a bougé en Suisse – l’injustice est reconnue publiquement et il y a une nouvelle conception de soi pour les personnes touchées de rendre publique leur histoire et de rencontrer d’autres qui ont vécu des expériences similaires.

Guido Fluri a été visiblement touché et impressionné par la force des personnes touchées : « Parler aux invités du festival d’été, écouter leurs histoires et en faire partie m’a rempli d’une immense gratitude. Dans mon discours, j’ai aussi exprimé mon admiration : « Sois fier de toi, tu l’as fait – malgré les pratiques inhumaines qui t’ont accompagné toute ta vie ; vous l’avez fait, vous ne serez pas oubliés ! Il est également important pour moi de me souvenir avec un moment de silence de ces personnes qui ne pouvaient plus vivre cette journée. Beaucoup sont morts ou sont brisés par le fardeau de leur âme. »

Dans un bref discours, Urs Allemann-Caflisch a présenté le projet « Bistro d’échange ». Selon Urs Allemann, le « Bistro d’échange » veut avoir pour effet que les personnes concernées puissent commencer à affronter leur propre histoire : « Nous ne voulons pas seulement être coincés dans le passé en racontant ces questions et en les soulevant à nouveau, mais plutôt regarder vers l’avenir. Parce que échanger des histoires devrait aussi aider à s’assurer que les mêmes négligences et les mêmes méfaits ne se répètent pas. » Pour le mois d’octobre, un premier Bistro est prévu à Berne. Une deuxième grande rencontre est en préparation pour décembre à la Fachhochschule Nordwestschweiz à Olten, selon Urs Allemann, l’initiateur du « Bistro d’échange ».

Avec un riche brunch et de la musique, de nombreuses rencontres, des conversations et des rendez-vous, le programme s’est poursuivi. Un service de navette spécial a été mis sur pied pour visiter le Monument commémoratif. Plusieurs groupes différents d’une centaine de participants francophones représentaient la Suisse romande. Les personnes sourdes avaient pris place à une table, pour laquelle un interprète traduisait les discours et les annonces en langage des signes, puis les conversations individuelles des personnes sourdes avec les autres participants.

À l’avenir également, il y aura une fête d’été où les personnes touchées pourront se rencontrer et parler de leurs histoires.

Articles récents

Tous les articles

Participez au Bistrot d’échange

Je n’ai pas d’adresse e-mail

Si vous souhaitez recevoir des invitations pour les différentes manifestations du Bistrot d’échange ainsi qu’une sélection d’articles sur le sujet, inscrivez-vous à notre newsletter.


Les données sont exclusivement utilisées pour l’envoi d’invitations et d’articles et ne sont pas transmises à des tiers. Il est possible à tout moment de se désabonner de la newsletter (informations complémentaires relatives à la protection des données).