Victimes d’adoptions forcées

Jusque dans les années 1970, d’innombrables nouveau-nés ont été séparés de leurs mères célibataires par les autorités de tutelle. Parce que ces femmes venaient de milieux pauvres, menaient prétendument une «vie libertine» ou parce que leurs compagnons étaient alcooliques ou considérés comme «paresseux». Les mères étaient souvent soumises à des pressions si fortes qu’elles «donnaient» leurs nouveau-nés en adoption. Dans de tels cas, on parle d’adoption forcée.

Hostettler, Otto; Föhn, Markus (2012): Gebt mir mein Kind zurück (Beobachter 25/2012).

Participez au Bistrot d’échange

Je n’ai pas d’adresse e-mail

Si vous souhaitez recevoir des invitations pour les différentes manifestations du Bistrot d’échange ainsi qu’une sélection d’articles sur le sujet, inscrivez-vous à notre newsletter.


Les données sont exclusivement utilisées pour l’envoi d’invitations et d’articles et ne sont pas transmises à des tiers. Il est possible à tout moment de se désabonner de la newsletter (informations complémentaires relatives à la protection des données).