Tous les articles

Narration, écriture et peinture -bistrot d’échange à Winterthur

Juste à temps pour le début du printemps, 40 personnes touchées se sont rassemblées à Winterthur. Le matin, ils ont parlé de leurs expériences et l’après-midi, ils ont expérimenté de nouvelles formes d’expression créative : Un groupe a pris du papier et un crayon dans la « salle d’écriture ». L’autre groupe a exprimé sa propre force intérieure avec le pinceau et la peinture dans l' »atelier de peinture ».

La Villa Sträuli à Winterthur, avec ses belles salles et son riche passé, était l’endroit idéal pour les témoignages des personnes concernées. Près de 40 anciens de Verdingkinder et victimes de mesures d’aide sociale forcée se sont réunis dans le premier bistrot d’échange germanophone en 2019 et ont fait un compte-rendu de la journée d’hier et de la façon dont ils ont vécu ce qu’ils vivent aujourd’hui. Beaucoup d’entre eux ont raconté qui ou quoi les a aidés à surmonter leurs expériences traumatisantes de l’enfance – par exemple, une épouse compréhensive avec laquelle ils ont fondé une famille. Ou votre propre maison ou un jardin fleuri, qui vous montrent chaque jour que malgré toutes les difficultés de la vie, vous avez réussi à créer un foyer – également pour d’autres personnes.

De phrases et d’images

Après un délicieux déjeuner et une tranche de crème faite maison, l’après-midi a commencé par un nouveau programme créatif : les invités ont eu la possibilité de continuer à discuter, à peindre ou à écrire leur propre histoire : Dans la « salle d’écriture », certaines des personnes concernées ont indiqué que le manque d’éducation scolaire les avait empêchées de mettre par écrit ce qu’elles avaient vécu pendant longtemps, ou dans certains cas jusqu’à ce jour. « Même aujourd’hui, je ressens encore la panique lorsque je prends un stylo », a déclaré l’un des participants.

Mais l’orthographe n’est pas la première préoccupation lorsqu’il s’agit de préserver les histoires, tous les participants étaient d’accord sur ce point. Elles se sont encouragées mutuellement et ont raconté comment elles avaient surmonté leur honte initiale : « Aujourd’hui, j’écris comme mon bec a grandi », a déclaré l’une des femmes. Certaines des personnes présentes avaient même déjà publié leur histoire. D’autres cherchaient un bon départ et ont été soutenus. Après quelques minutes, les premières phrases ont formé une section d’une histoire de vie mouvementée dans leur « salle d’écriture ».

Dans l' »atelier de peinture », les personnes concernées ont créé dans le courant de l’après-midi des tableaux qui reflétaient leur propre état émotionnel. Les photos ont été prises à la maison par les personnes concernées, ainsi que le sentiment d’avoir passé une journée passionnante dans un cercle de personnes qui vous comprennent vraiment.

Articles récents

Tous les articles

Participez au Bistrot d’échange

Je n’ai pas d’adresse e-mail

Si vous souhaitez recevoir des invitations pour les différentes manifestations du Bistrot d’échange ainsi qu’une sélection d’articles sur le sujet, inscrivez-vous à notre newsletter.


Les données sont exclusivement utilisées pour l’envoi d’invitations et d’articles et ne sont pas transmises à des tiers. Il est possible à tout moment de se désabonner de la newsletter (informations complémentaires relatives à la protection des données).