Tous les articles

Les droits de l’homme ne sont pas une évidence

En ce moment, une exposition est présentée dans la salle paroissiale de Horgen, montrant le sort de 10 citoyens suisses dont les droits de l’homme/droits fondamentaux ont été violés. L’une de ces dix histoires décrit le sort d’Ursula Biondi, victime d’une mesure d’aide sociale forcée.

Lorsque vous pensez aux violations des droits de l’homme, des pays lointains vous viennent rapidement à l’esprit. En Suisse, par contre, on pense que les droits fondamentaux sont gravés dans le marbre, aussi dur que le Cervin. Mais même dans ce pays, il n’est pas nécessaire de remonter si loin dans le temps pour trouver des chapitres sombres.

Comme l’histoire d’Ursula Biondi, qui a été envoyée à la prison de Hindelbank à l’âge de 17 ans pour des « raisons éducatives ». Après qu’elle soit tombée enceinte sans mariage, les parents surchargés se sont tournés vers les autorités de tutelle. Mais à l’époque, ils étaient également surchargés et, surtout, les droits de l’homme n’étaient pas encore en vigueur en Suisse.

Heureusement, elle a été libérée au bout d’un an et une semaine. Cette terrible expérience a réveillé chez la jeune femme le désir de se battre. Elle a réussi à récupérer son enfant et a fait une carrière professionnelle. Aujourd’hui, elle s’engage à aider les personnes touchées par des mesures de soins coercitives.

Ursula Biondi a récemment raconté son histoire lors d’une visite à la salle paroissiale de Horgen. Sa visite coïncide avec le vote sur l’autodétermination – ou initiative anti-droits de l’homme, comme on l’appelle aussi. C’est une coïncidence, a déclaré le pasteur réformé Johannes Bardill au Zürichsee-Zeitung. Mais votre voix est celle qui peut être entendue dans la lutte pour les votes, a poursuivi le pasteur.

Articles récents

Tous les articles

Participez au Bistrot d’échange

Je n’ai pas d’adresse e-mail

Si vous souhaitez recevoir des invitations pour les différentes manifestations du Bistrot d’échange ainsi qu’une sélection d’articles sur le sujet, inscrivez-vous à notre newsletter.


Les données sont exclusivement utilisées pour l’envoi d’invitations et d’articles et ne sont pas transmises à des tiers. Il est possible à tout moment de se désabonner de la newsletter (informations complémentaires relatives à la protection des données).